AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: L'aventure commence :: Territoire Neutre :: Caverne des miracles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les convulsions du monde nous parvenaient comme un lointain vacarme — ft. Ciel Nocturne

avatar
Messages : 443
Date d'inscription : 10/06/2017
Age : 18

Feuille de personnage
Âge: 54 lunes
Sexe: femelle
Relations:
Chef
Lun 26 Juin - 16:21
Faraway noise of the world.Ciel Nocturne &
Ciel d'Illusions
Même au fin fond du pays, les murmures des clans parvenaient à s'élever. Partant du sol, les rumeurs courraient dans les landes, dévalaient les plaines, arpentaient le ruisseau et s'agrippaient au pelage, remontant sur le poitrail et enivrant un cœur transi.
Il fallait savoir s'en débarrasser. Malheureusement même les plus folles courses d'un félin effréné n'empêchaient pas les jugements de s'accrocher. Il était dur de relever la tête, d'oublier ce par quoi on vous définit. Nous sommes inscrits, dans des cases, des protocoles. Impossible de s'y retirer. Les images nous collent à la peau, nous emprisonnent. Les actions sont scrutées, jugées, balayées.
Ainsi, il est dur de s'élever, et de soi-même se reconnaître. Finalement, nous ne sommes que l'image de que ce que les autres veulent qu'on soit. En fin de compte, nous n'arrivons pas à nous définir nous-même, tels que nous sommes. Nous ne sommes qu'une pâle copie des idéaux extérieurs. On ne peut se façonner de part en part, nous sommes des morceaux de tous. Des exemples précis, modelés, à ce que le groupe, l'unité, veut que nous soyons. Il est difficile de nous imaginer autrement que ce que nous sommes. Mais peut-on dire que l'on est vraiment nous-mêmes ? Ne doit-on pas plutôt nous définir comme 'image de nous-mêmes et des autres' ?

Les questions se bousculaient dans la tête de Ciel d'Illusions. Elle ne remettait pas en doute, ni ses capacités, ni son rang. Elle voulait être sûre qu'elle était véritablement celle qu'elle avait toujours rêvé d'être. Vole et accomplis tes rêves. C'est délicat de s'élever à un rang inaccessible. C'est ardu de s'accrocher à des utopies, des illusions souvent irréalisables. Mais, de son côté, Ciel d'Illusions était fière du petit bout de chemin qu'elle avait réussit à faire. Elle s'était toujours accrochée, au plus profond d'elle-même, à cette triste réalité, à cette fade image de meneuse sûre-d'elle, sans pour autant prétentieuse.
Pourtant, comme toujours, quelques doutes persistaient. Était-elle raisonnable d'agir comme cela ? Faisait-elle bien de remettre en question les paroles de ce guerrier ? Devait-elle être moins ferme avec les étrangers ? Répondait-elle encore correctement aux besoins de ses membres ? Son expérience était un avantage, mais aussi un défaut. Il fallait encore qu'elle ose se remettre en question, pour ne pas se fondre dans une image, qui pour elle semblerait idéale, alors qu'au contraire aux yeux de tous, elle pourrait paraître démodée. Il fallait sans sens, qu'elle renouvelle ses idées, sa politique, ses rêves. Se complaire dans une situation, était parfois la pire des choses à faire.

Cette fin de journée, paisible par ailleurs, était une soirée de remise en question, comme elle pouvait en avoir de temps à autre. Le temps était propice à la réflexion, une douce brise s'élevait sur la lande, et les herbes hautes pliaient au passage des caresses du vent. Ciel d'Illusions dépassait à peine le foin rougit par quelques coquelicots. Le soleil venait faire briller les épis comme de l'or sous des rayons. Le pas léger, elle avait quitté le clan, prévenant son nouveau lieutenant de sa sortie nocturne. Elle en avait besoin. Il lui fallait cette petite pause, cette introspection habituelle, cette auto-critique. C'était presque avec plaisir qu'elle s'accordait ce temps de pause, qui en vérité était une vraie torture de l'esprit.
L'air se rafraîchissait au fur et à mesure de son avancée sur le territoire. Elle errait entre la plaine verdoyante et les landes arides. Ses petites pattes la menèrent rapidement jusqu'aux frontières, elle en profita pour réitérer le dernier marquage de la journée. Le clan des Roches et eux étaient paisibles depuis un moment déjà, mais il fallait tout de même conserver cette fierté unique du clan des Plaines. Il était important de leur faire remarquer, que malgré la sympathie qui pouvait exister entre les deux clans, le moindre faux pas se verrait sanctionner, quoi qu'il arrive.

Ainsi, elle suivit son chemin, prenant un pas marqué vers la Caverne des Miracles, le petit sentier sec et escarpé qui montait jusqu'à cette dernière était toujours un périple pour ses petites pattes, mais elle avait pris l'habitude de faire des arrêts, et de profiter de la vue si mystique qu'offrait ce trajet.
Perdue dans son esprit, elle ne remarqua même pas, au premier abord, la forme obscure qui se détachait non loin devant elle. La femelle retient un cri de surprise lorsqu'elle reconnut le chef du clan des Brumes. C'était inhabituel de le voir ici, d'autant plus que le trajet pour venir jusqu'à la Caverne des Miracles n'était pas court pour ce dernier. Il devait, effectivement, traverser tous les territoires. Cela pouvait prendre bien plus qu'une demie-journée. D'une voix plutôt légère, elle finit par lui lancer, comme une approche sympathique

Salutations Ciel Nocturne, tu me vois bien surprise de te trouver ici.

Elle passa un vif coup de langue sur son poitrail blanc, il lui fallait être présentable, et les traces de poussières et de graminées laissées par la lande n'étaient pas digne de son statut. Elle inclina ensuite les oreilles vers l'avant, prête à recevoir une réponse, qu'elle ne voulait pas hostile. Ciel Nocturne et elle avaient toujours été en de bons termes. En tout cas, de son point de vue.  
© 2981 12289 0

_________________



Ciel d'Illusions s'impose en #000000 gras
ma fiche mes liens


les KDO ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 151
Date d'inscription : 11/05/2017
Age : 21
Autres comptes : Aucun

Feuille de personnage
Âge: 51 lunes
Sexe: Mâle
Relations:
Chef
Mar 27 Juin - 0:51
Les flots l'emportait. Sous le soleil chaud de l'été, les pierres devenaient brûlantes et les pluies s'étaient calmées pour laisser régner en nouveau maître la canicule. Dans les arbres, les grillons avaient commencés à chanter, leurs mélodies emportaient au loin par des brises légères et passagère qui caressaient avec douceur quelques brins d'herbes. Les landes étaient calmes et plus silencieuses que les bois dans lesquels vivait le clan des brumes. Insectes volant avaient laissé place aux sauterelles aux couleurs vivent qui sautées à chaque fois que les prédateurs s'avançaient sans un bruit dans les hautes herbes. Tout était fait pour que le repos soit idyllique. Mais les flots l'emportait.

Ciel Nocturne était allé demander le matin même, des plantes à Fleur Grise afin de calmer les terribles maux qui tourmentaient son crâne. Ses rêves devenaient de plus en plus sombre, de plus en plus puissants. Au réveil, son pelage était gonflé et ses griffes rappaient contre la pierre froide de sa tanière. Il avait l'impression d'émerger chaque matin de ses songes comme d'une rivière déchaînée qui s'entêtait à le perturber. Pourtant, ce n'était pas la première fois... Mais sa récente retrouvailles avec le chef du clan des roches avait accéléré le processus des cauchemars. Plus il se nourrissait de sa colère, plus la frustration de ne pas se souvenir des images de la nuit le perturbait. Il en était venu à point qu'il ne pouvait plus se permettre. Sa propre faiblesse deviendrait celle du clan car meneur et troupes ne faisaient qu'un. La forêt elle même s'agitait car le matou continuait de penser que les territoires étaient connectés à leur dominant comme des amantes attentives.

Il était parti aux aurores, galopant le long des marécages en prenant garde à ne pas s'embourber dans la boue. Son voyage était long et épuisant, mais l'appel de ses ancêtres se faisait de plus en plus pressant. Il avait besoin de leurs conseils et de leur aide pour ne plus être emporté par le torrent de ses sentiments. Ses veines couvaient des rivières de sang dont l'obsession n'était autre que la haine et la vengeance et il lui fallait calmer ses pulsions avides de combat et de fourrures arrachées. Ses pas le portèrent jusqu'à la frontière, tel un oiseau dans son nid, il ne ressenti ni fatigue ni crainte à l'idée de traverser ses terres aux senteurs uniques. Les grands pins le rassurait et le piaillement des oiseaux en fin de croissance agitaient ses oreilles dans tout sens. Ce fut une fois à la frontière du clan des eaux que la tension devint palpable.

Derrière les marécages, se prolongeaient les marais aqueux infranchissables pour les imprudents. Le matou sombre plissa les yeux en contemplant le paysage. Les marquages étaient récents et si l'idée de croiser la patrouille agitait sa queue de droite à gauche, il fut rassuré de savoir qu'ils ne repasseraient plus par ici jusqu'au soir. Son galop effréné devint simple trottinement discret et attentif, longeant le sol au point de sentir la poussière salir son ventre. Il était dans son droit de passer, mais il ne voulait pas être vu. De tous, le clan des eaux était celui que le meneur aimait le moins. Les guerriers puissants et musclés de ce clan étaient une force calme, mais aux avantages trop nombreux si l'envie d'une attaque leur prenait. Après avoir vécu si longtemps dans les marais, les marécages ne les arrêteraient sans doute pas longtemps, là où les autres rivaux eux, auraient plus de mal. Se risquer à être vu était alors une chance nouvelle pour eux d'attaquer le camp en son absence.

Une fois le territoire ennemi franchi, Ciel Nocturne pu se détendre et admirer les landes face à lui. Les plaines étaient bien trop loin de son territoire pour devenir une quelconque convoitise et tous le savait. Le clan des plaines et le clan des brumes n'avaient rien à gagner au combat. Si les frontières étaient sujets de dispute chez les autres clans et créés de nombreux conflits, les membres des deux communautés pouvaient quant à eux plus facilement se lier d'amitié les uns aux autres. Mais Ciel Nocturne n'en était pas proche pour autant. Ses oreilles se dressèrent vers l'avant, à l'affût du moindre signe d'un chasseur dans les environs. La journée était à présent à un stade avancé et il lui restait encore bien du chemin à faire.

Le mâle charbonneux dont l'apparence majestueuse était quelque peu poussiéreuse dû à son périple, prit la peine de soigner son pelage par quelques coups de langue avant de poursuivre son chemin. Éloignés ou non, les deux clans demeuraient rivaux et il aurait été fort malvenu qu'on le surprenne dans un état déplorable. Sa marche devint plus lente une fois sa toilette achevée et il marcha la queue basse en jetant de temps à autre un coup d'œil en coin aux frontières du clan des roches situé à quelques longueur de queue. Il gardait de son affrontement avec Ciel Mélodieux quelques légères griffures éphémères et indolores. Son nez était parcourut d'une petite marque sur laquelle les poils étaient moins présent. Mais il n'avait pas le temps de penser d'avantage à son ennemi d'une nuit. Il devait avancer. Seul et sans escorte, il demeurait sur ses gardes mais ses pensées vinrent l'emmener vers d'autres paysages. Bientôt, le monde autour de lui commença à de distordre et s'il échappa aux rêves éveillés, ce fut uniquement grâce à la voix polie dans son dos.

- Salutations Ciel Nocturne, tu me vois bien surprise de te trouver ici.

Cette voix, il la connaissait. Bon nombre de fois il l'avait écouté, ce timbre mélodieux mais emplie de la détermination de la meneuse. Nombreuses avaient été les choix où il l'avait couvé d'un regard plein de sympathie en admirant celle qui avait chef depuis de nombreuses lunes, qui avait accueilli ses pas incertains et connue les même erreurs que lui à la même période. Il s'arrêta pour attendre la femelle courte sur patte et tourna la tête vers elle, les oreilles droites et les moustaches frémissantes par la surprise. Son miaulement bien que froid, était accompagné de ces regards plein de respect qu'on couvait pour les chefs de clan.

- Bonjour Ciel d'Illusions, la surprise est la même. Que fais-tu ici, rejoins-tu toi aussi la pierre des rêves ?

Témoigner de la sympathie dans sa voix était une chose à laquelle il était peu habitué. Le mâle était bourru et sa réputation de chat fourbe et sournois n'aidait en rien son mauvais caractère à se détendre. Mais au fond, il ne craignait pas de froisser la jolie chatte tricolore car il connaissait sa sagesse et ses lunes d'expériences à ses côtés lui avait sûrement permis de comprendre que le chef agissait ainsi avec tout le monde, même son propre clan.

- Je ne vois aucun escorte avec toi, voyages-tu seule ?

Sans attendre sa réponse, il reprit sa marche d'un peu plus lent, craignant que les petites pattes de la meneuse des plaines ne soient désavantagées face à ses grandes enjambées. Néanmoins, cette attention discrète et secrète afin de ne pas vexer la belle. Le matou reporta son attention droit devant lui mais ses yeux coulèrent lentement sur le reste du territoire à la recherche d'un chasseur distrait qui aurait pu l'accompagnait, mais visiblement, ils étaient seuls. Comme pour répondre à sa propre question, il miaula d'une voix posée.

- Mais il est vrai que la caverne des miracles n'est non loin de tes terres, tu n'as sans doute pas besoin de guerriers pour t'accompagner.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 443
Date d'inscription : 10/06/2017
Age : 18

Feuille de personnage
Âge: 54 lunes
Sexe: femelle
Relations:
Chef
Dim 2 Juil - 18:36
Faraway noise of the world.Ciel Nocturne &
Ciel d'Illusions
De là où les matous montaient, la vue était resplendissante. Le soleil terminait sa chute, et bientôt on pouvait voir de légers points éclairer le ciel. Les étoiles se détachaient avec une grâce infinie de la toile nocturne, créant ainsi des points de lumière, des repères, des attaches auxquelles chaque félin pouvait s'y accrocher lors de naufrage. Les étoiles étaient particulièrement symboliques pour les clans de la forêt. Elles étaient la Toison Argentée, le territoire des cieux. C'est là-haut, dans cet endroit inaccessible pour les félins ici-bas, qu'errent les matous d'autrefois. Ainsi, c'était toujours avec beaucoup de respect que Ciel d'Illusions parcouraient du regard cette étendue à la fois funeste et pleine d'espoir. De là-haut, elle savait que les siens, les anciens, ceux qui courraient encore auprès d'elle autrefois, l'observait avec tendresse et attention. Notamment Ciel d'Or, l'ancien meneur, auquel la femelle devait presque tout.

C'était avec assurance qu'elle marchait dorénavant aux côtés de Ciel Nocturne. Le matou, toujours aimable, savait plaire à la femelle, et avait toujours les mots justes. Elle aimait être en sa compagnie, sans pour autant que cela soit essentiel. Il était agréable, et elle lui rendait bien. Il semblait presque étonné de ne voir personne aux côtés de la femelle. C'était vrai qu'il était rare qu'elle erre seule en territoire inconnu, mais ici, elle était presque comme chez elle.

- Mais il est vrai que la caverne des miracles n'est non loin de tes terres, tu n'as sans doute pas besoin de guerriers pour t'accompagner.

La femelle acquiesça ses propos d'un simple hochement de tête, peut-être un peu trop concentrée sur là où elle posait ses petites pattes. Elle ne voulait surtout pas trébucher, cela aurait été fort inopportun face au mâle adverse. Il s'enquit de plus de savoir si elle allait à la Pierre des Rêves. Malheureusement, ce n'était pas véritablement le cas. La femelle avait surtout besoin d'être seule un moment, et l'ascension jusqu'à la Pierre des Rêves n'était qu'un prétexte pour cette dernière de s'éloigner de son camp, bien trop agité à son goût en ce moment. Il faut dire que la chaleur montante dans les plaines, énervait rapidement les guerriers, même les plus calmes, et tout était sans-dessus-dessous au camp. Impossible de pouvoir réfléchir paisiblement.

À vrai dire, pas réellement. Je cherchais plutôt à m'éloigner du vacarme du monde. Elle marqua une courte pause, avant de continuer. Ne trouves-tu pas que tout en ce moment, semble se porter à l'envers... Je veux dire, que tout se bouscule et s'entrechoque ?

À ce moment, elle pensait surtout à ses propres pensées, à son unique ressenti. Elle avait plus de mal à réfléchir sereinement. Elle avait parlé sans vraiment réfléchir, au travers de ses paroles, on pouvait sentir une pointe d'inquiétude, qu'habituellement elle aurait pris soin de bien cacher. Mais les sentiments sont parfois plus puissants que la raison, et la perte encore récente de son ancien lieutenant, laissait une pleine béante au sein du clan, mais surtout dans son cœur. C'était avec difficulté qu'elle se remettait de sa tragique disparition, lors d'une épidémie de mal vert qui avait touché le clan durant la période des grands froids. Il était pour elle, plus qu'un lieutenant. Il était son conseiller, son confident, et son ami le plus proche. Un frisson parcourut son échine aux pensées malsaines et affligeantes qui envahissaient son esprit. Elle sentait encore, tout près, juste là, sous son museau, l'odeur âcre de la maladie que portait son ancien lieutenant sur son pelage. Les soubresauts de ce dernier lorsqu'il tentait désespérément de respirer. Plus rien n'était possible, il s'en était aller extrêmement rapidement, ravageant sur son passage le cœur de Ciel d'Illusions.

Le regard assombri, la mine affligée, elle redressa la tête, évitant soigneusement le regard de Ciel Nocturne. Jamais encore elle n'avait fait preuve de faiblesse face à cette disparition et cette douleur qu'elle tentait de masquer en elle, au plus loin possible. Elle bondit avec agilité par dessus une roche plus large que les autres, ses griffes ripant sur la pierre froide. Finalement, peut-être qu'aller à la Pierre des Rêves n'était pas une si mauvaise idée... En s'y rendant, peut-être allait-elle recevoir un message du Clan des Étoiles ? Ou mieux, un message de Croc d'Argent, son ancien lieutenant.  
© 2981 12289 0

_________________



Ciel d'Illusions s'impose en #000000 gras
ma fiche mes liens


les KDO ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 151
Date d'inscription : 11/05/2017
Age : 21
Autres comptes : Aucun

Feuille de personnage
Âge: 51 lunes
Sexe: Mâle
Relations:
Chef
Jeu 14 Sep - 17:39
Un faible bourrasque vint s'abattre sur les deux félins, faisant plisser les yeux du matou bicolore. Le territoire des plaines était spacieux, ses landes immenses permettant à n'importe quel animal de courir sans retenu en ne se laissant porter que par le gré du vent et de ses envies. C'était un endroit charmant, même pour le meneur des brumes, mais bien trop exposé à son goût. certaines parcelles du territoires offraient de multiples cachettes dans les hautes herbes et pas même la queue curieuse des félins n'auraient pu dépasser des tiges les plus hautes... Mais c'était un véritable traquenard, un lieu où grouillait les vipères qui ondulaient sans un bruit pour saisir leurs proies. Les serpents avaient beau ne pas manger la chair féline, un apprenti aurait vite pu y perdre la vie. Le regard d'un vert profond de Ciel Nocturne se jeta sur les plaines et une fois de plus, il eu la certitude que la verdure des bois lui aurait bien trop manqué sur une terre pareille.

- À vrai dire, pas réellement. Je cherchais plutôt à m'éloigner du vacarme du monde. Ne trouves-tu pas que tout en ce moment, semble se porter à l'envers... Je veux dire, que tout se bouscule et s'entrechoque ?

Cette remarque lui fit tourner une oreille vers l'arrière. Doucement, il coula ses yeux sur la meneuse d'une mine indéchiffrable. Il resta muet pendant quelques instants et ses pensées retournèrent vaquer vers la nuit où Ciel Mélodieux et lui s'étaient opposés. Le monde allait-il à l'envers en ce moment ? Il lui sembla pendant un instant qu'il en était ainsi depuis des lunes déjà, depuis le jour où il avait perdu l'être qui lui était le plus cher. Il reporta son attention droit devant lui, ripostant devant une nouvelle bourrasque qui l'empêcha de se plonger trop loin dans ses pensées. Ciel Nocturne s'efforça à penser à autre chose et il trouva enfin l'autre point qui le chiffonner : le calme d'une trop longue durée.

- Si, je le pense aussi. Beaucoup de choses se passent en ce moment et bien que les clans ne souffrent d'aucun mal, nous devrions tous rester vigilant... Aussi bien quant à ce qui nous entoure qu'avec nos sentiments.

C'était sa franchise qui lui dictait ses mots mais le mâle n'avait pas l'intention de s'éterniser sur ces propos. Parler sentiments n'avait jamais été son fort et se confier à une meneuse rivale, n'était pas une idée dès plus lumineuses. Il avait déjà beaucoup à faire avec cette relation désagréable qui l'unissait au chef du clan des roches, il ne devait pas à présent en construire une nouvelle avec la chatte -aussi charmante soit-elle-. De nouveau silencieux, il regardait droit devant lui, pas le moins du monde dérangé par le silence qui s'installait entre eux. C'était un calme qu'il accueillait avec soulagement. Toutefois, Ciel Nocturne tourna finalement de nouveau la tête vers Ciel d'Illusions.

- J'espère que tout va bien pour le clan des plaines.

N'était-ce pas étrange que la meneuse se pose de telles questions ? Ciel Nocturne avait l'esprit troublé, il en avait conscience et cela n'avait rien à voir avec le clan des brumes... Du moins, en partie. Mais peut-être que le clan des plaines était dans une position pour le moins inconfortable. Si c'était le cas, il espérait qu'aucune maladie ne ronge le clan... Et surtout, qu'elle ne lui transmettrait aucun mal qu'il pourrait donner à ses guerriers.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans :: L'aventure commence :: Territoire Neutre :: Caverne des miracles-
Sauter vers: